Représailles

Les calculs tu ne contesteras point !

Par courrier en date du 26 mai 2009, la Banque Populaire du Sud-ouest écrira :


En conséquence, devant l'inconsistance  des doléances de votre client, et l'impossibilité d'y satisfaire, nous sommes au regret de vous informer que nous ne pouvons plus maintenir le compte courant sur nos livres.


C'est la raison pour laquelle, nous adresserons par courrier tournant une lettre de clôture  à la société SARL de Gironde. Il va de soi qu'un préavis lui sera alloué.

La Banque Populaire s'y prendra à trois fois pour procéder à la clôture en respectant la législation française après deux loupés :

- Une première lettre en courrier simple (sans valeur)
- Une deuxième lettre en recommandé faisant courrir le préavis à date de rédaction et non de présentation

Trop fort !

Courriers aux administrateurs et BPCE

Nous avons signalé ce que nous supposons être des anomalies aux administrateurs de la Banque Populaire du Sud-Ouest.

Il nous semble que leur mission est de veiller à la bonne administration de la Banque dans l'intérêt de ses sociétaires.

Les réactions sont restées discrètes.

Courrier sur la commission intervention et les taux

Pas de réaction

Mise en conformité après condamnation Banque Populaire du Sud-Ouest

Nous ne doutons pas, que les précisions apportées par le tribunal auront pour conséquence immédiate la fin de perception de ces commissions « indûment prélevées » (suivant les termes du jugement), pour l’ensemble des clients de la Banque Populaire du Sud‐Ouest.

Pas si sûr .... Pour le moment aucune réaction : la Banque Popualire du Sud-Oeust n'entendrait-elle  pas se mettre en conformité avec la loi française ?

Aux clients de le vérifier ...